top of page

5 choses à éviter pour tomber enceinte

Dernière mise à jour : 22 déc. 2023



Vous essayez de concevoir depuis quelque temps, mais le fameux + du test de grossesse se fait attendre?

Vous faites tout bien pourtant, alimentation, sport, vous suivez tout les conseils de votre entourage à la lettre, sans compter ceux que vous trouvez sur internet.


1.     Alimentation


Vous êtes nombreuses à penser que vous avez une alimentation "équilibrée", que vous faites attention à ce que vous mangez...


Mais je me méfie du mot équilibré ou sain, car nous avons toutes une définition différente de ces mots et ce qu'il y a derrière est à chaque fois différent en fonction de l'environnement familial dans lequel on a grandi et de ce que l'on acquiert le long de notre vie. Et puis, l'alimentation est un casse-tête, on entends tout et son contraire de ce qu'il faudrait faire et ne pas faire.


Quand je creuse un peu le sujet avec vous, je me rends compte que certaines d'entre vous n'ont pas leur quotas de protéines (végétales ou animales), ou pas assez d'acides gras de bonne qualité, ou d'anti-oxydants.


Alors voici un petit rappel de ce que je pense être une alimentation equilibrée, largement inspirée de la règle des 3 V d'Anthony Fardet:


  • Mangez Vrai: Mettez dans votre assiette des aliments frais et bruts, fruits, légumes, viandes de bonne qualité ( privilégiez le label Bleu Blanc Coeur), petits poissons gras (sardines, maquereaux, anchois riches en omégas 3), huile végétale de première pression à froid dans des bouteilles en verre (huile olive pour la cuisson, et colza pour l'assaisonnement) oeufs, fromages et laitages bio (non sucrés), céréales, légumineuses, épices, oléagineux.

Avec tout ça? Cuisinez! Pas besoin d'être un grand chef ou de suivre des recettes très compliquées, cuisez vos légumes à la vapeur, au four en mixant légumes et viandes, râpez une carotte pour votre entrée ou mangez votre carotte telle quelle!


  • Mangez Varié: Variez un maximum, vous avez fini votre huile de colza, achetez une huile de noix, vous avez mangé du riz? Demain ce sera quinoa!

Esssayez au maximum d'acheter des fruits et légumes de saison et surtout qui ont poussé près de chez vous!! Pour les bisontin.es, l'entreprise Place du Local vous propose des fruits, légumes, crèmerie, huiles locales et vous livre dans une ambassade proche de chez vous!! Le bonus? Moins de temps passé en magasin, plus de temps en cuisine!


Vous préférez voir avant d'acheter? Vive les marchés, les magasins de producteurs où l'on peux voir ce que l'on achète et créer du lien avec eux.


  • Mangez Végétal: Dans votre assiette, les fruits et légumes riches en vitamines, minéraux doivent représenter au moins la moitié de votre assiette (cru et cuit), si vous boudiez un peu les légumineuses ajoutez en petit à petit dans votre assiette, elles sont rassasiantes, riches en fibres et minéraux. Idem avec les oléagineux, certaines évites parce que trop gras, mais il s'agit de bons gras, autorisez vous une petite poignée par jour (amandes, noix de Grenoble, noix d'Amazonie, noisettes, cajou, tournesol, graines de courges).

Enfin, gardez toujours à l'esprit que ce qui fait le poison c'est la dose. Il ne s'agit pas d'avoir une alimentation rigide, qui vous rend triste. Les repas sont aussi des moments de partages, donc une raclette de temps en temps, un plat bien réconfortant? Bien sûr, ça fait du bien au moral !


Sachez juste revenir à votre base quand c'est nécessaire, on mange de tout en quantité raisonnable et on apporte à son corps des nutriments variés, nécessaire à son fonctionnement et à la fabrication d'un mini-vous.


2.     Prendre des compléments alimentaires à gogo


En glânant des informations sur internet, via des articles de presse, des articles bien-être, des forums, vous avez entendu parler de l’huile d’onagre, du gattilier, du framboisier, du zinc, du sélénium, de la vit D, de la maca et j’en passe.


Dès le lever, vous avalez une dizaine de compléments différents et la quantité pourrait limite s'apparenter à un petit-déjeuner.


Oui, il y a des compléments alimentaires qui sont très utiles en matière de fertilité mais pour être efficaces, ils doivent:


  • Être de bonne qualité (laboratoire fiable, bio de préférence)

  • Être choisis dans la forme qui sera assimilable par l’organisme

  • Être utilisés sous la forme qui vous sera adaptée (teinture mère, extrait de plantes standardisées, gemmothérapie, tisane, huile essentielle)

  • Correspondre à votre problématique, à votre terrain

  • Répondre à une carence objectivée par une analyse sanguine (fer, vitamine D par exemple)

  • Être pris dans les quantités qui seront efficace et au bon moment de la journée

Faites vous accompagner par un professionnel avant de vous aventurer dans cette voie. Mieux on cible VOTRE besoin, plus c'est efficace et surtout moins ça vous coûte cher (surtout si vous avez besoin de rien ;-)).


3.     Entreprendre un jeûne, une monodiète ou un régime


Votre gynécologue vous a dit que pour tomber enceinte, il fallait perdre du poids . Vous avez vu une pub « Comme J’aime », un super documentaire sur les pouvoirs régénérant du jeûne ou encore de la monodiète et vous avez envie de tenter.


Alors sachez qu’un jeûne ou une monodiète se prépare et qu’avant de se lancer il vaut mieux faire le point sur son état de santé avec son médecin d’abord, puis avec un naturopathe qui sera en mesure d’estimer la capacité de votre corps à jeûner.


Mais si vous cherchez vraiment à tomber enceinte, autant vous dire que toute restriction ou régime quel qu’il soit apportera un stress à votre corps qui priorisera votre survie plutôt que celle d’un embryon.


Pour vous aider à perdre du poids, privilégiez un rééquilibrage alimentaire accompagné par un professionnel (diététicien/naturopathe) qui sera en mesure de vous guider et vous faire un retour personnalisé.


Pensez aussi à bouger plus mais pas trop !


4.     Faire trop de sport


Vous êtes accro au sport, vous en faites 2h par jour. C’est vital pour vous, c’est ce qui vous permet de tenir le coup.


Le sport c’est vraiment LA technique qui a tout bon, ça détend quand on est trop stressée, ça réénergise aussi, ça entretient les muscles et beaucoup d’autres bienfaits que j'ai listé sur un post insta à lire ici.


Mais le sport à outrance comme une diète restrictive, cela stresse énormément le corps qui priorise encore une fois votre survie. Alors si en plus l’alimentation ne suit pas, c’est la double peine.


Adaptez le sport au moment de votre cycle, après les menstruations le taux d’œstrogènes augmente, faites du sport à haute intensité si vous le souhaitez, du renforcement musculaire jusqu’à votre ovulation.

Et en deuxième partie de cycle faites des sports plus doux (Yoga, Pilates) qui amènent à l’introspection. 

L’entraînement physique en fonction du cycle menstruel a été expérimenté sur les joueuses de football de l’équipe des Etats-Unis et cela a boosté leur performances !


Si vous n'arrivez pas à diminuer, peut-être qu'il faudra se pencher sur les raisons qui vous poussent à repousser vos limites de cette façon.

Pourquoi en avez-vous autant besoin, quel est votre état émotionnel actuel ? Essayez vous d'évacuer de la colère ? Du ressentiment ? Essayez vous de fuir quelque chose, quelqu'un? Accordez vous un moment d'introspection pour aller comprendre ce besoin.


5.     Suivre votre cycle via une application


Vous avez téléchargé la dernière appli à la mode pour détecter votre pic d’ovulation, pratique on peut l’emporter partout avec soi, on remplit ses courbes de températures rapidement et facilement, fini le papier!


Vouloir suivre ses cycles est une super idée quand on veut concevor, mais les applis de suivi ont tendance, à force d’utilisation de calculer pour vous votre date d’ovulation en fonction des éléments renseignés les mois précédents et elles vous induisent en erreur.


Vous êtes un être humain, et qu’en fonction de votre humeur, de votre corps et d’éléments extérieurs, vous n’ovulez pas tout les mois au même moment (le fameux J14 est une moyenne, un exemple).


Misez plutôt sur des méthodes d’observation du cycle que l'on combine ensemble :


  • Température basale (prise avec thermomètre à double décimale ici ou Temdrop )

  • Observation de votre glaire cervicale

  • Observation du col de l’utérus

Je dis bien ensemble, parce que prendre sa température seule ne sert à rien non plus, une fois que votre température augmente, votre ovulation est passée. C'est en observant votre glaire cervicale en parallèle que vous verrez arriver votre ovulation. La glaire deviens trèèès glissante au moment de l'ovulation, moment idéal pour passer à l'action.


Tous ces éléments vous renseignent sur votre fertilité, ils s’apprennent. Il faut user de patience mais à terme vous apprenez à mieux vous connaître et identifier les moments propices pour concevoir.


Je vous conseille l'ouvrage d'Audrey Guillemaud qui est une vraie bible pour être autonome (par ici)


N'hésitez pas à vous faire aider par une conseillère en symptothermie, il y en a de plus en plus!


J'espère que ces conseils vous ont été utiles!


Si malgré tout vous avez envie d'aller encore plus loin tout en étant accompagnée, contactez-moi!


Kommentarer


bottom of page